Le 14 août 2017 avait lieu la remise des certifications ISO 14001 au sein de l’association Terre de Réunion. Frédérique Rhodes, Maxime Caruel, Bernard Michel et Yolaine Soucane, agriculteurs membres de l’association, ont reçu leur certification des mains de Laurent Teoulet, invité pour l’occasion.

Une matinée placée sous le thème de la réduction des produits phytosanitaires

La matinée commence par une visite de l’exploitation de Bertrand Caruel et une présentation du système de désionisation de l’eau de traitement qui va y être expérimenté.

Puis Laurent Teoulet, fournisseur chez TIMAC Agro, intervient sur la réduction des produits phytosanitaires, leur optimisation et leur régulation. A ce sujet, dit-il, « la démarche de mon entreprise rejoint celle de l’association. Il s’agit d’optimiser l’apport des intrants. Par exemple, nous essayons d’adapter des produits utilisés en métropole à la culture de cannes à sucre, et pour cela, nous testons différents dosages en coopération avec des agriculteurs afin de trouver celui qui est optimal. »

L’occasion se présentant, c’est donc des mains de ce partenaire de l’association Terre de Réunion que les adhérents vont recevoir leurs certifications.

Cinq entreprises certifiées

«Nous étions cinq membres de l’association dans le périmètre de certification cette année, et à la suite des audits externes qui ont eu lieu en mai 2017, l’association a été certifiée », explique Yolaine Soucane, présidente de Terre de Réunion. «Quatre sont présents aujourd’hui, le cinquième est le lycée agricole de Saint-Paul, dont la représentante n’a pas pu être présente. Nous étions seize certifiés à la fin du premier cycle de 2012-2015, l’association a été mise en pause entre temps, puis elle a redémarré en août 2015 avec un groupe réduit. Cela dit, nous avons hâte de voir notre nombre d’adhérents remonter, et avec lui, le nombre de certifications délivrées».

Les quatre autres membres de l’association ont entamé les démarches, et intégreront le périmètre l’année prochaine. «L’investissement est important », complète la présidente, « mais nous y trouvons notre compte, ne serait-ce que pour l’image que cela donne des agriculteurs».

A chacun ses motivations

Frédérique Rhodes et Pierre-Yves Chassagne : EARL Farm 4 You

C’est avec son stagiaire, Pierre-Yves Chassagne, présent à la remise des certifications, que Frédérique Rhodes a travaillé sur ce dossier. Membre de l’association depuis 2010, elle est actuellement en conversion vers l’agriculture biologique pour une partie de son exploitation située à Sainte-Suzanne, l’autre partie étant constituée de cannes à sucre.

Selon elle, la participation à la certification lui a permis de prioriser ses objectifs et d’organiser les actions dans lesquelles elle s’est lancée. « Je venais de commencer mon activité, et la certification m’a donné un cadre au niveau environnemental, mais aussi économique et patrimonial. Grâce à la démarche qu’elle nécessite, j’ai été amenée à anticiper mes besoins sur ces sujets. »

Maxime Caruel : EARL Belair Plantation

Maxime Caruel travaille avec son oncle Bertrand sur une exploitation de cannes située elle aussi à Sainte-Suzanne, qui fait partie de l’association depuis 2010. Il a commencé à travailler sur l’exploitation il y a environ deux ans, et pour lui aussi, cela a été formateur dans son apprentissage du métier d’agriculteur.

De plus, la protection de l’environnement l’a toujours intéressé. « La baisse de l’utilisation des produits phytosanitaires et la lutte contre l’érosion m’ont toujours tenu à cœur, et ce système est performant dans ces domaines ».

Bernard Michel : exploitant individuel

Bernard Michel possède une exploitation à Saint-Pierre constituée de cannes à sucre et de foin destiné à l’élevage. Au départ, la certification ne l’intéressait pas. « Je ne faisais pas de vente directe, alors je ne voyais pas à quoi pouvait me servir cette image de certifié ISO 14001 ». C’est finalement dans la rigueur imposée par les démarches qu’il a trouvé son compte : « Cela m’a permis de toujours être en évolution vers l’excellence.  Je suis entré dans l’association un peu par hasard, et finalement, je suis resté ! ».

Deux aspects l’ont particulièrement convaincu : la gestion des risques et la démarche qualitative. « Il y a un volet reconnaissance de l’individu au sein de l’entreprise, qui implique que chacun remonte les risques et les problèmes rencontrés. Cela a aidé le personnel de mon entreprise à se sentir valorisé et à s’améliorer. »

Yolaine Soucane : EARL Bonne Espérance

 Yolaine Soucane fait partie de l’association depuis sa création, et en est la présidente depuis 2014. Elle cultive des cannes à sucre et possède un élevage porcin à Sainte-Rose.

Le volet environnemental a été sa première motivation. La démarche ISO 14001 en prend soin en imposant une analyse annuelle, ce qui permet selon elle de toujours s’améliorer et de se poser les bonnes questions, tout cela en vue de « prendre soin de notre petit caillou ! ».

Par ailleurs, la démarche intègre une veille réglementaire. « Grâce à cela, nous pouvons prendre connaissance chaque année des nouvelles lois et les appliquer sur nos exploitations ».

En fait, explique Yolaine Soucane, la norme ISO 14001 a évolué. Parmi les nouveautés, elle cite la notion de gestion des risques et de durabilité de l’entreprise : « On commence par se demander où on souhaite être dans dix ans, puis on met en place les démarches nécessaires pour y arriver. Alors on peut avancer chacun à son rythme, s’améliorer continuellement à partir d’un diagnostic et des axes qui nous semblent prioritaires ».

Une démarche collective

« Nous avons de la chance d’être plusieurs, et de pouvoir partager nos informations et nos expériences », ajoute Frédérique Rhodes. « Nos échanges nous permettent de transposer les bonnes idées des autres chez nous, en les adaptant, et réciproquement ! »

« En plus, nous venons d’un peu partout sur l’île, alors cela fait ressortir les problématiques réunionnaises, comme le traitement des déchets par exemple » complète Yolaine Soucane.

Après la remise des certifications et la traditionnelle photographie de groupe, tous se retrouvent chez Frédérique Rhodes pour un repas partage. Les certifications qui ont été obtenues sont valables trois ans, mais sont conditionnées à la réussite des prochains audits.  Alors après ce moment de détente bien mérité, il faudra à nouveau se retrousser les manches !

 

Jenny Hoarau