Marc-André Selosse : « l’agriculture conventionnelle a tourné le dos à la vie microbienne des sols »

Professeur au muséum d’histoire naturelle, botaniste et mycologue, Marc André Selosse nous alerte. La vie microbienne des sols est à reconsidérer et est l’une des voies à envisager pour produire en utilisant moins d’engrais et de produits phytosanitaires. Marc André Selosse, professeur au Muséum d’Histoire Naturelle (Canasse BR) La question Lire la suite…

Par PERI G, il y a

Monter son projet agroforestier : les étapes clés

L’agroforesterie présente de multiples atouts sur le plan environnemental notamment. Se lancer dans cette pratique doit toutefois être bien réfléchi. Identifier les motivations du porteur de projet est une étape clé, selon différents experts et Michel Galmel, agriculteur dans l’Eure qui a monté un projet agroforestier. Source : Monter son projet Lire la suite…

Par PERI G, il y a

Cinq néonicotinoïdes interdits à partir de septembre

La loi sur la biodiversité de 2016 prévoit l’interdiction au 1er septembre de l’utilisation de ces substances qui s’attaquent au système nerveux des insectes, avec des dérogations au cas par cas jusqu’au 1er juillet 2020.   Les cinq produits interdits dans un mois seront la clothianidine, l’imidaclopride, le thiaméthoxame, la thiaclopride et l’acétamipride, selon Lire la suite…

Par PERI G, il y a

L’expérience de Philippe Budin dans l’allongement de ses rotations

Dans un secteur essentiellement céréalier, les champs fleuris de lin oléagineux ou de trèfle incarnat de Dominique et Philippe Budin ne passent pas inaperçus. Depuis 2001, ce couple d’agriculteurs s’est lancé dans la multiplication de semences de céréales, de fourragères et de légumineuses. Des productions passionnantes et synonymes de valeur ajoutée Lire la suite…

Par PERI G, il y a

 La taille des parcelles a un effet plus important que l’assolement ou les IAE sur la biodiversité des champs

LA TAILLE DES PARCELLES A UN EFFET PLUS IMPORTANT QUE L’ASSOLEMENT OU LES IAE SUR LA BIODIVERSITÉ DES CHAMPSCette étude canadienne menée à Ontario montre que la taille des parcelles a un plus grand effet sur la biodiversité des champs que la diversité d’assolement ou le pourcentage d’infrastructures agroécologiques. Source : Lire la suite…

Par PERI G, il y a